L'Alu des livres

05 mai 2018

L'affaire Creutzwald de Thierry Berlanda

675613672

RESUME

Avril 2019, le brigadier Aurélie Deletraz trouve par hasard, dans une sous-pente du commissariat de Saint-Avold, un paquet de pages qui l'intrigue : le récit anonyme d'une enquête hors norme qu'elle avait menée cinq ans plus tôt, et qui avait abouti à un classement sans suite. Troublée, elle persuade Céline Dumouriez, ex-journaliste à l'Express sortant de cure de désintoxication, de reprendre discrètement les recherches sur les disparitions, en juin 2014, de personnes soi-disant évaporées dans une lumière surnaturelle... Ces phénomènes étaient-ils liés à l'assassinat d'Emmanuel Marchal ? Alice, qui allait se marier avec le jeune homme, était-elle victime d'hallucinations lorsqu'elle prétendait en avoir été témoin ? Pierre Orbain, industriel tyrannique condamné pour Le meurtre de Marchai, est-il la seule âme noire de cette histoire, ou bien est-ce quelqu'un d'autre, plus redoutable encore mais dissimulé, qui détient la vérité sur l'affaire Creutzwald ? Céline et Aurélie vont devoir faire taire leurs propres démons pour découvrir les traces de ce fantôme. Et pour l'affronter...

MON AVIS

Une histoire construite sur 3 époques. Un scénario très bien écrit entre les différentes années proposées mêlant un peu de surnaturel au premier abord. 

On est vite happés dans cette histoire où les différents personnages d'un petit village sont en lien les uns avec les autres.

Au niveau des personnages principaux, Céline (journaliste) et Aurélie (dans la police) mènent l'enquête en catimini.

Pour Céline, on sait que la vie et la perte de l'amour l'ont amené à une descente aux enfers. Cette enquête lui permet de se ré-insérer dans la société en essayant de "vivre ou survivre" à son histoire. Ce personnage est vraiment une battante qui va au bout des faits et de ses convictions. On s'attache, à elle, rapidement au cours de l'histoire

Pour Aurélie, elle subit un divorce dès la première époque. C'est elle qui est en charge de l'enquête en 2014. Elle sera présente sur toutes les époques et sera l'initiatrice de leur résolution en appelant Céline. Elle est très pragmatique et elle a du mal à analyser les faits quelque peu ésotériques qui se produisent.

Ces deux femmes écorchées par la vie vont être dans un lien amical fort qui vont leur permettre par la tolérance et l'acceptation entre elles de résoudre l'enquête. Le fait que l'enquête soit étudiée par deux femmes est vraiment sympathique, ça change un peu des autres polars.

 

Au niveau de l'énigme, il y a vraiment un suspense qui nous tient jusqu'à la fin de l'histoire. L'ambiance est noire et triste à cause des morts, disparitions et de la mine...J'avoue que ce fond d'histoire sur la fermeture de la mine m'a particulièrement attirée par l'histoire de ma ville aussi.

Pour moi, c'est une très belle réussite qui change des différents polars que l'on peut lire actuellement. L'aspect très réel de l'histoire couplée à un peu de surnaturel et, dont l'enquête est menée par deux femmes, m'a particulièrement attiré.

Je conseille vivement ce livre qui a encore une fois une couverture magnifique (bravo à ceux qui l'on faite)

Posté par laludeslivres à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 avril 2018

Printemps acide de Patrick Tudoret

1085662215

RESUME

Nom: Le sang. Prénom: Roch. Age: 46 ans et des broutilles. Raison sociale: commissaire divisionnaire, patron de la DIPJ de Bordeaux. Signe particulier: Breton abrupt, taillé dans le granite.

Pourquoi cette convocation du directeur générale de la "Grande maison" et cette brillante promotion au rang de contrôleur général sonnent-elles pour lui comme une sanction, une mise à l'écart, un avertissement qui viendrait "d'en haut"? C'est le début de cinq jours fous. Cinq jours haletants. Une enquête explosive aux lisières du pouvoir dont il sortira meurtri. Et si, ressurgie d'un passé oublié, Claire était la clef de tout...?

Fantômes du passé, assassinats, filatures, interrogatoires, écoutes téléphoniques, réseaux d'influence et machination impliquant des politiques au plus haut niveau... Tels sont les ingrédients de ce brillant polar à la française au style enlevé, à l'humour acéré

 

MON AVIS:

Tout d'abord, j'aimerais féliciter les personnes qui ont réalisées cette couverture que je trouve belle et lumineuse. Rien qu'en la regardant, on a envie d'ouvrir ce livre.

De plus, l'écriture de ce livre est organisée sous forme de narration autour des 5 jours de Roch Le Sang. Ces chapitres courts donnent du rythme et est très judicieux. Ils nous mettent directement dans le bain de l'action et des questionnements du personnage. L'écriture est fluide et nous happe avec des mots simples.

Au niveau de l'intrigue, elle mêle la politique à un réseau d'action entraînant meurtres, raquet financier, mutation policière...J'avoue qu'en règle générale c'est le style de livre qui me dépasse fortement et qui me lasse (surtout avec l'aspect politique). Je dois dire qu'ici cet aspect est très bien dosé. Il est pourtant le moteur de l'histoire mais bien mélangé à l'intrigue policière. Cela donne un tout attirant et même entraînant. Un bon polar qui nous emmène à travers la hiérarchie policière au sein de Paris

Notre personnage principal a son lot de noirceur qui ne fait que s'agrandir au sein de ce livre. Un personnage de polar comme on les aime.

Un polar écrit avec beaucoup d'intelligence et qui m'a amené à le finir en moins d'une journée. Il est haletant, divertissant et bien construit. J'ai adoré.

Posté par laludeslivres à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le tigre et les pilleurs de Dieu de Philippe Grandcoing

51Ticit2ieL

RESUME:

Paris, automne 1906 : la France se remet à peine de l'ouragan de l'affaire Dreyfus. La séparation de l'Eglise et de l'Etat est dans tous les esprits... Hippolyte Salvignac, modeste antiquaire parisien d'une quarantaine d'années, est recruté par Georges Clemenceau pour aider la police à pourchasser des trafiquants d'oeuvres d'art. Ces derniers pillent les trésors qui sommeillent dans les églises de campagne... Flanqué de l'inspecteur Jules Lerouet, bâtard au grand coeur, Salvignac découvre les méandres d'une situation explosive : luttes politiques, tensions diplomatiques, conflits religieux et trafics internationaux. Au fil de son enquête, il sillonnera l'Europe de la Belle Epoque, de son Quercy natal à Londres en passant par les stations thermales d'Auvergne et la banlieue parisienne. Une galerie de personnages attachants, romanesques ou réels, fait de ce polar historique un livre passionnant, alors que va naître la police moderne des Brigades du Tigre. Fréquentant aussi bien les allées du pouvoir que le monde interlope des marchands d'art ou les soupentes du Quai des Orfèvres, Salvignac entraîne le lecteur dans le tourbillon des années 1900. A travers mille rebondissements se dévoile tout un monde révolu où se côtoient premières automobiles et voitures à chevaux, lampes à pétrole et ampoules électriques, une société où s'invente chaque jour la modernité du XXe siècle.

MON AVIS:

Déjà je trouve l'auteur très intéressant par sa bibliographie, il est capable d'écrire sur des sujets très hétéroclite (affaires criminelles, la belle époque des piliers d'églises...) Cet auteur, par sa biblio, me rappelle bien Sylvain Larue publié, lui aussi chez De Borée. Ils se lancent tous deux dans des romans policiers historiques qui sont bien documentés et super bien construit.

Alors ce livre est situé au XX° siècle époque de la séparation de l'état et de l'église. Je trouve que c'est une époque très intéressante et méconnue du public. Nous avons tous appris au collège ce fait qui dure une ligne sur les livres d'histoire. Mais nous constatons que cela a été plus complexe dans la vraie vie. Je trouve très bien et judicieux de monter une intrigue autour de cet évènement qui effectivement se prête bien et est de plus instructif pour le lecteur de se plonger dans cette époque. Ce livre montre aussi le conflit d'époque et comment l'art s'est retrouvé dans une problématique d'argent mais aussi de pouvoir.

L'écriture  de cet auteur est lisible et dans un français soutenu mais très agréable à lire.

Le personnage principal Hippolyte, antiquaire, est le cerveau du couple d'enquêteur et Jules, policier, l'homme d'action. Ils sont très complémentaires dans leur enquête. La vie d'Hippolyte est assez pauvre mais on voit que sous ces airs de vieux garçon, il est assez moderne. Dans son travail d'antiquaire, il s'ouvre aux horizons lointains (africains, océanite...) et dans sa vie il transgresse la morale en ayant une femme déjà mariée dans sa vie.

Jules, quand à lui, est l'homme de main de Clémenceau et fonce tête baissée dans les différentes actions qui s'amène à lui.

Enfin l'intrigue est très bien amenée et nous naviguons entre les eaux proposées par l'écrivain avec enjouement et curiosité. Je conseille ce livre pour tous les curieux de l'histoire et de polar.

Personnellement, j'ai tourné les pages avec beaucoup d'envie et j'ai hâte d'attendre un deuxième tome d'Hippolyte Salvignac

Posté par laludeslivres à 09:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2018

Le secret de la clé d'acier de David Glomot

51J+bVoaUML

RESUME

1520. Muricellos le cartographe, Léonard le prêtre et Cartagena le chevalier sont abandonnés sur la côte de Patagonie par l'amiral et explorateur Magellan, cruel et visionnaire auteur du premier tour du monde. Ils devront survivre dans cette Terra Incognita. La découvrir, se découvrir dans un roman qui est une vraie quête initiatique. Abandonnés tel Robinson sur cette côte inhospitalière, ils vont affronter des Indiens hostiles et la solitude du chemin de croix. Dans cette aventure, que peuvent apporter au Nouveau Monde un jeune explorateur navarrais, un vieux clerc limousin et un noble conquistador espagnol ? Les derniers feux d'une chevalerie à l'agonie et le fanatisme religieux ? La raison et la science ? Depuis Christophe Colomb, Espagnols et Portugais sillonnent le monde. Mais il fallait être fous pour oser s'embarquer dans une telle aventure. Ou avoir beaucoup de choses à cacher pour quitter ainsi le Vieux Continent pour toujours... Découvrez les circonstances dans lesquelles fut rédigé le fameux Livre de raison, objet de toutes les convoitises. Quelles énigmes peuplent le passé des trois explorateurs ? Quel est donc le secret de la clé d'acier ?

MON AVIS

Tout d'abord, au niveau du style de l'auteur, M.Glomot a une très belle écriture qui nous amène a visualiser avec précision le paysage et imaginer ce qui se passe au niveau des actions. 

Au niveau de l'intrigue, nous apprenons à découvrir tout d'abord le caractère des personnages avant leur passé. Nous percevons très rapidement qu'il y a des mystères autour de la boite de Léonard, le prêtre de l'aventure. Il garde une clef autour du cou qu'il ne veut absolument pas s'en séparer. Un cahier y est enfermé, nous décelons vite que ce coffre contient un trésor non matérialisable mais d'une importance capitale. La progression des trois personnages dans cette nature hostile montre la faiblesse de l'homme à différents niveaux. Ainsi la petitesse que nous représentons face aux microbes, aux évènements météorologiques, et les animaux est mise en exergue. Face à leurs péripéties, nous constatons que la vie ne tient pas à grand chose.  La nature à l'état brut prend le dessus sur l'existence humaine. C'est un fait assez actuel quand on pense aux catastrophes naturelles via tsunami, tremblements de terre, inondations....

Nous avons dans ce livre aussi la découverte de l'autre avec la barrière de la langue et des coutumes. Nous voyons comme l'incompréhension peut amener à des tueries sans raison valable. Comme la prise de pouvoir prend le dessus sur le compromis.

Un autre aspect que j'ai aimé c'est la rencontre entre  la religion et  la science représentées par deux personnages distincts. La mort de Cartagena amène à une reflexion qui confronte les deux avis que je trouve plutôt interessante. Nous constatons que dans leur oppposition on a toujours un point commun: l'importance du partage de ses propres convictions. Léonard voulait convertir les indigènes au christianisme et Muricellos voulait pouvoir cartographier l'inconnu pour le partager et être reconnu

Ce qui est très particulier dans ce livre, c'est cette marche perpétuelle de nos personnages qui amène un rythme parfois lent mais des actions ponctuelles assez près de la réalité. Cela nous amène à  plonger dans ce livre et nous permet de nous concentrer sur les personnages et les paysages.

J'ai beaucoup aimé l'intrigue qui se délie vraiment à la fin et les différentes réflexions que ce livre nous donne à penser

Posté par laludeslivres à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2018

Le roman de George Sand de Geneviève Chauvel

9782812921551

 

RESUME

De nombreux ouvrages ont raconté l'histoire de George Sand, cette femme singulière qui s'habillait en homme, fumait comme un homme, écrivait sous un nom d'homme, et fit scandale par son mépris des tabous, son indépendance, et cet esprit de liberté qui annonçait le féminisme dont elle fut le chantre précurseur. Ses idylles ont défrayé la chronique : Musset, Chopin... On connaît moins ses autres liaisons : l'actrice Marie Dorval, l'avocat révolutionnaire Michel de Bourges, le graveur Alexandre Manceau pour ne citer qu'eux... Furent-ils des caprices ? A-t-elle vraiment aimé ? Fut-elle aimée ? Quel amour a-t-elle cherché ? Quel amour a-t-elle rencontré ? Elle-même avouait avoir connu diverses sortes d'amour : amour d'artiste, de femme, de soeur, de mère, de religieuse, de poète... Geneviève Chauvel s'est penchée sur ce parcours amoureux hors du commun, et sa plume sensible nous entraîne dans les méandres d'une quête du sublime dans un amour absolu. La vie de George Sand nous apparaît alors comme le plus beau de ses romans.

MON AVIS

BRILLANT

Une biographie très intéressante. Pour ma part, j'ai découvert l'univers, la vie de cette célèbre écrivain. Une vie faite de détresse dès la plus tendre enfance avec la perte du père et l'abandon de sa mère. Aurore Dupin, George Sand, mène tout de même une enfance pleine de découverte aux côtés de sa grand-mère. Elle se trouve dans une situation abandonnique affective et cherchera toute sa vie un amour qui comblera ce manque en le trouvant seulement une fois.

Nous découvrons à travers ce livre des formes d'amour bien identifiées et leur progression dans le temps. Elle a connu surtout l'amour fusionnel avec des hommes qui peu à peu s'est transformé en amour platonnique (en découvrant qualité/défaut de chacun, acceptation et refus face à ceux ci...) qui s'est aussi modifié en amour routinier. Nous voyons dans cet ouvrage le passage à différents stades allant jusqu'à la rupture.

George Sand était une grande avant gardiste sur la liberté autour de son corps (du sexe), de l'esprit et de ses décisions par rapport au compagnon idéal. Elle a été peu comprise de ce côté là mais accepté par ses pairs. Sa vie, face à ses débacles amoureux, a du être dure mais à préparer la condition des femmes face à leurs libertés.

C'est aussi l'histoire d'une famille peu à peu sacrifié pour le travail d'écrivain. Nous voyons que Georges Sand a toujours voulu être près des personnes de la société. Son histoire contemporaine avec toutes les difficultés rencontrées la ramène au peuple. Sa vie est celle de beaucoup de famille avec amour, organisation, disputes.

La difficulté pour George de concilier famille, travail et sa condition de femme est bien appréhendée. C'est un thème aujourd'hui encore bien valable pour chacune d'entre nous qui essayons de tout faire sans culpabilité lors d'une décision. Une histoire du 19°siècle qui est encore très parlant aujourd'hui

Un bon ouvrage montrant l'amour sous toutes ses coutures qui nous peint la vie d'une travailleuse hors pair

 

 

 

Posté par laludeslivres à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 septembre 2017

Au bal des muscadins de Sylvain Larue

51KYvhA9MPL

 RESUME:

Février 1849 : en présence du prince-président Bonaparte, le Tout-Paris de la Seconde République se presse place Vendôme pour participer à un événement exceptionnel, une prestigieuse soirée costumée rappelant les folies du Directoire : le Bal des muscadins. Mais, alors que les réjouissances battent leur plein, une morbide apparition interrompt théâtralement les festivités... Bonaparte confie donc à son agent spécial, Léandre Lafforgue, alias " le Goupil ", le soin d'assister la police pour éclaircir cette étrange situation. C'est l'occasion pour le Goupil d'entrer dans une aventure faite de livres rares et d'érudition touchant à l'irrationnel, via sa rencontre avec les frères Lazare, riches héritiers liés à d'importantes personnalités du milieu des lettres, mais également avec deux mystiques Anglaises aux charmes ravageurs... Pendant ce temps, des hommes sont assaillis, décapités, et leurs corps privés de têtes sont découverts aux quatre coins de la capitale. La Révolution et ses débordements reviendraient-ils au goût du jour ? Existerait-il un lien entre le bal, des voleurs de manuscrits anciens et ces assassinats ?

MA NOTE:

18/20

MON AVIS:

Un livre ou l'on découvre un peu plus les personnages du tome 1. Letterrier est finalement très attendrissant, dans cet ouvrage, on apprend et comprend l'importance de supporter son suborné par rapport à sa vie personnel. Il nous apparaît dans ce livre comme un être fort et caractériel qui fait tout pour sa famille et sa carrière. Personnellement, je l'ai beaucoup aimé dans ce livre. Le goupil alias Léandre est quand à lui,égal à lui même. Fragile avec les femmes mais d'une grande réflexion pour résoudre une intrigue meurtrière des plus déstabilisante.

L'intrigue évolue dans un contexte politique moins transitionnel que pour le premier mais avec des rebellions pour le nouveau régime républicain.

Avec cet auteur, nous sommes toujours dans le mouvement intellectuel, les indices sont donnés à bon escient pour que le suspense tiennent et que cela nous donne l'envie de tourner les pages. Le dosage parcimonieux est d'une finesse de maître et une belle découverte des personnages connus mais on arrive à mieux les connaître.

Vraiment à découvrir et à lire!!!!!!!!

Posté par laludeslivres à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2017

L'impossible définition du mal de Maud TABACHNIK

RESUME:

Viktor Braunstein, commissaire principal à la Direction des recherches criminelles, est dégradé pour avoir voulu faire le ménage dans la bureaucratie moscovite. Sanction immédiate : il est envoyé en tant qu'adjoint au commissariat numéro 1 de Rostov-sur-le-Don. Braunstein commence juste à prendre ses marques dans ce nouvel environnement et découvrir les moeurs de la province, quand l'actualité criminelle le rattrape... Une jeune femme, Hélène Koskas, est retrouvée morte au milieu des bois. Si son identité et son histoire ne font guère de mystères ? elle devait venir gonfler le nombre des femmes slaves sur les trottoirs des capitales européennes ?, c'est son corps, mutilé, qui interpelle. Suivant le mode opératoire de l'assassinat, tout laisse à penser que ce crime porte la signature du tueur cannibale, un dangereux spree killer en cavale depuis plus de dix ans. Si le meurtrier le plus recherché de Russie est dans la région, il n'y a aucune raison pour qu'il ne récidive pas dans les jours prochains. L'enquête commence... Un récit sombre au plus profond de la Russie d'aujourd'hui : une nation qui se cherche entre la postérité des tsars, un mythe soviétique décadent et le pouvoir actuel conservateur et autoritaire.

MA NOTE:

17/20

MON  AVIS:

C'est une histoire vraie qui fait froid dans le dos qui met aussi en lumière la société russe. Des meurtres qui touchaient tout lemonde sans différenciation (enfants, femmes, hommes...) sans pouvoir établir un profil du tueur. Néanmoins, il opérait toujours de la même façon avec les même sévices. Ce tueur ne laisse aucune chance d'y réchapper et dans des conditions d'extrêmes souffrances.

L'inspecteur mis en avant par l'enquête est un personnage comme on les aime, bien noir avec peu d'attache dans la vie, un peu perdu. Cependant un personnage tenace qui ne lâche rien et qui veut avoir la fin de l'histoire.

Le tueur nous est détaillé le pourquoi (le passé) et son cheminement (son présent) dans ses actions.

Le choix de l'auteur de nous donner la vision policière et la vision meurtrière avec une distinction calligarphique est superbe car elle nous permet de contrebalancer la vision du bien et du mal tout en apportant une connaissance intégrale des deux personnages. L'équilibre entre les passages ou l'espoir que le tueur soit enfin arrêté et la noirceur du mal, nous permet de passer un bon moment au sein de cette histoire ou l'on vibre de peur.

Un très bon thriller qui ne manque pas de profondeur. Je le recommande aux amateurs de sensations qui ne sont pas effrayés par des passages assez gores à imaginer.

Posté par laludeslivres à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2017

L'oeil du Goupil de Sylvain Larue

29898238935_80ab0cb40f

HISTOIRE:

La révolution de 1848 charrie son lot de bouleversements. Le peuple français vient de chasser Louis-Philippe, son dernier roi, et à Paris, la nouvelle République se construit au jour le jour. Dans ce climat de tensions politiques, tandis que se préparent au loin les élections du premier président, Léandre Lafforgue, un jeune homme épris de liberté et d'idéal, débarque de sa Gascogne natale à la recherche de son passé.

Involontairement mêlé à une mort suspecte, et ayant affaire à une police qui ne semble prêter qu'une attention limitée à plusieurs faits similaires, Léandre se retrouve désigné par le prince Bonaparte pour en démasquer la trame commune. Sa sagacité sera-t-telle suffisante pour déjouer les mystères qui se dévoilent dans les couloirs dans les couloirs de l'Assemblée nationale ?

Avec sa galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres, Sylvain Larue compose un grand roman populaire et la première enquête de Léandre promet d'être passionnante...

MON AVIS:

On peut analyser cette histoire sous différents aspects:

- Au niveau de l'intrigue policière, elle est menée à la manière d'Arthur Conan Doyle avec des indices qui sont donnés et  toujours analysés sous une logique. L'intelligence de l'inspecteur Léandre est toujours mis à profil de l'intrigue et il avance avec calme et tranquillité sans jamais être effrayé par l'environnement de l'histoire. L'intrigue est intéressante et difficile à trouver avant la fin.

- Au niveau de l'histoire, c'est une époque bien connu mais même si nous connaissons bien les personnages comme Lamartine, le descendant de Napoléon.... La naissance de la république est bien intéressante et peu connu, en tous les cas par moi. J'ai trouvé que l'on baignait bien dans une ambiance de renouveau effrayante pour beaucoup de personnes de l'ancien régime. Mais l'intrigue n'étant pas liée à tout cela cela donne encore plus de poids à la partie historique et à la partie intrigue policière

-Au niveau des personnages, Léandre est attachant sans attache familial et essaye d'en trouver.  Je trouve que c'est un personnage qui montre un nonchalance mais en même temps un dynamisme de réflexion qui change complètement notre vision de ce personnage. J'avoue m'être bien attaché à ce personnage et à Manon qui est aussi une femme attendrissante.

Pour conclure, on passe vraiment un moment plus qu'agréable en compagnie de ce nouveau inspecteur qui nous résout les énigmes à la facon Sherlock Holmes avec une logique et une intelligence. Le fonds historique rajoute de la profondeur à l'ambiance mis en place et on se laisse vraiment porté par cette histoire.

TRES AGREABLE....A lire

 

Posté par laludeslivres à 19:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2016

Après la fin de Barbara Abel

QDP_BarbaraAbel

 

 

 

 

 

Histoire

Après la fin: Une banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus.
Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C'est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d'emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que les anciens propriétaires de sa jolie maison se sont suicidés, qu'ils étaient les parents naturels de Milo, que Tiphaine vit dans une prison de mensonges et de culpabilité. Et dans l'ignorance, Nora donne sa confiance...

Note:

16/20

Mon avis:

Une histoire qui prend bien la suite de "Derrière la haine". Nous retrouvons Sylvain, Tiphaine, qui s'occupe de Milo. Ce garçon avec son histoire est bien renfermé sur lui et c'est construit avec un environnement fait de mensonge. Pour ce tome la maison voisine est de nouveau habitée.

Nora a deux enfants Nassim et Inès.L'intrigue se construit à partir des deux histoires de famille pour s'imbriquer l'une dans l'autre à la fin. Au fil de la lecture, on comprend ce qui va se passer à la fin mais ce n'est pas génant.

Barbara Abel parvient à créer une atmosphère oppressante et galçante qui est tellement machiavélique. Nous nous attachons à Milo qui a eu un passé très perturbant. Le fait que nous sachions la vérité sur la mort de ces parents et que le personnage, non, créait vraiment un décalage dans la lecture de l'histoire.

La fin n'est pas nette, est ce qu'il n'y aura pas un tome 3?

En tous les cas, un livre ou l'on ne s'ennuie pas... J'ai beaucoup aimé!!!!

Posté par laludeslivres à 22:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2016

Mademoiselle Euphoria de Luigi Ballerini

Pieghevole-Ballerini-450

 

Résumé:

Mademoiselle Euphorbia est une pâtissière. Une pâtissière bien étrange. Elle fait des gâteaux sur mesure. La mesure de quoi? De ce que l'on désire. Mais qu'est ce que l'on désire vraiment?

 

Note:

15/20

 

Mon avis:

C'est un petit conte couplé avec des dessins simples.

Au niveau de l'histoire, c'est l'histoire d'une rencontre entre une petite fille Marthe et Mademoiselle Euphorbia (une femme bizarre) qui fait des gâteaux personnalisés pour aider la vie des acheteurs. Ces gateaux peuvent s'appeler " ce n'est pas parce que j'ai un plâtre que mon été est fichu". Marthe devient l'apprenti de Mademoiselle Euphoria avec Matthieu. Les trois personnages sont assez seuls dans la vie. Marthe a un père, professeur, qui travaille beaucoup. Matthieu est un élève qui ne tient pas dans une école en raison de son comportement et Mademoiselle Euphoria est seule avec sa pâtisserie.

Au niveau du dessin, la simplicité graphique et les couleurs au niveau des pages donne envie de lire. Notre regard est un peu partout. Personnellement, j'aime bien ces contes pour adultes couplées aux dessins, cela donne de l'entrain à la lecture.

Pour moi, ce conte est plus que sympathique car il parle de beaucoup de faits avec de grandes valeurs morales. La réunion de l'ensemble de ses personnages enlève de la solitude à chacun dans un but d'améliorer la vie des autres (clients pour ici). Un grand message d'entraide ressort donc de l'histoire. Et puis des personnages simples et correspondant à notre quotidien nous rapproche d'eux encore plus.

J'aime cette notion ou Mademoiselle Euphoria aide l'ensemble des clients et à la fin chacun l'aide aussi dans ces difficultés. La solidarité est une valeurs qui m'ait particuliérement chère

C'est un joli conte avec des messages clairs et des personnages auxquels on a le temps de s'attacher.

Posté par laludeslivres à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]